Je peins comme une exploratrice à la recherche d’une terre inconnue

 

Mon atelier est situé près d’une petite rivière à proximité d’un boisé ancien. De la ville à la nature, le quotidien se transforme et l’approche artistique se modifie petit à petit…

 
 

Par la peinture, j’interroge l’être, la relation avec l’autre, et avec son environnement

  • Par être, je veux dire, vivre, ressentir, s'émouvoir
  • Par autre, ce qui modifie le courant naturel, m’invite à la réflexion
  • Par environnement, ce qui m’entoure et qui alimente ma création.

Je privilégie la spontanéité du geste tout en tentant de suggérer par le contraste et la transparence des teintes, une luminosité interne au tableau.  J’utilise et réinvente les techniques développées par les expressionnistes pour faire ressortir la lumière... appliquer, enlever, gratter, sabler, mouiller, essuyer. Textures brutes et traces laissées par le passage des outils sont laissées volontairement et témoignent de l'histoire singulière du tableau.

L'expérience débute à l’extérieur de l’atelier par la promenade, l’observation, l’écoute, le toucher, la méditation.  Les fragments, ainsi captés, consciemment ou non, restent dans ma mémoire souvent accompagnés d’une émotion particulière. Cette émotion et celle qui se vit au moment de peindre sont souvent complémentaires ou contradictoires. La peinture me permet d’exprimer cette dualité intérieure et cette relation particulière avec mon environnement.

Mon œuvre est principalement abstraite, même si à l’occasion des images réalistes émergent de mes tableaux. Celles-ci n'émanent jamais d'une volonté de représentation; elles prennent forme d’une méthode ou d’une manière de faire ou d'un geste. Ces façons de travailler la peinture évoluent au fil des tableaux. Elles sont le point de départ d’un processus qui amorce ma réflexion intérieure et qui m’invite à rechercher de nouvelles solutions picturales. C’est ainsi que prennent forme mes œuvres et que l'image ressentie au début du processus se précise.

D'autres projets, s'appuient pour leur part sur la prise d'empreintes et la mise en installation.

Je place alors ma toile sur un relief et je transpose par frottage les contours et les textures. Ma toile porte maintenant une empreinte et le travail de peinture y répondra.   J’ai commencé à utiliser cette technique, il y a quelques années, intégrant à ma toile les composantes de mon atelier, carrelages, portes, moulures, pour ensuite me tourner vers les petits meubles à proximité. Maintenant je m'approche des reliefs de la nature.   

Je remarque que les représentations sont à la fois conformes et difformes. La perception de cet objet est alors modifiée ainsi que le rapport à celui-ci.

De cette réflexion sont nées des oeuvres, tantôt abstraites, tantôt dotées d’un certain réalisme; tantôt bi dimensionnelles, tantôt sculpturales. Ces dernières,  assemblées me permettent de répondre autrement à l’espace de la galerie : la toile devenant matière, le tableau devenant objet, l’exposition devenant installation.

 


2014_07-2.jpg

 

Raymonde Fortin habite dans la région de Moncton où elle y exerce une pratique active en arts visuels depuis 2004. Elle a présenté une quinzaine d’expositions solo et elle a participé à plus d’une trentaine d’expositions collectives et évènements artistiques au Nouveau-Brunswick, au Québec et en Ontario. 

Elle a contribué à l’épanouissement artistique des jeunes de la province en participant à quelques reprises au programme une école-un artiste ainsi qu’à une multitude de présentations-conférences et ateliers de création dans les écoles. L’un des ces projets de résidence en milieu scolaire a été supporté par le GACEF et le Centre culturel Aberdeen pour permettre aux jeunes de vivre l’expérience d’une exposition en contexte professionnel.  Elle a enseigné la sculpture à l’Université de Moncton et l'exploration créative en peinture aux adultes quelques années avant de se consacrer presque entièrement à sa pratique artistique.

Plusieurs prix de reconnaissance viennent souligner son parcours: L’Éloize, catégorie artiste visuel de l’année remise par l'Académie des arts et des lettres de l'Atlantique et l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick, lors du gala des Éloizes en 2008, le «BMO première oeuvre», lauréate pour le Nouveau-Brunswick en 2007 et le Prix de la Francophonie lors du Festival en arts visuel en Atlantique de Caraquet Plusieurs de ses oeuvres font partie de collections publiques, dont récemment la collection de la Galerie Louise et Ruben Cohen de l’Université de Moncton. 

Originaire du Québec, elle complète d’abord un diplôme d'étude collégial en graphisme. Elle s'inscrit à l'université de Moncton en 2001 et y obtient un baccalauréat en arts visuels avec mention d'excellence. De 2012 à 2014, elle poursuit sa formation en Études de la pratique artistique de l'Université du Québec à Rimouski. Elle a reçu l'appui du Conseil des arts du Nouveau-Brunswick à plusieurs reprises depuis le début de sa pratique artistique.

 

Affiliations professionnelles

 Éloize de l'artiste visuel de l’année 2008

Éloize de l'artiste visuel de l’année 2008